compagnie theatre Saint Jean de Luz 2.png

Actualités

CRÉATION NOUVELLE – Sortie reportée – mars 2021

22 avril 2020

COMME UN VENT DE NOCES
Sylvain LEVEY – Théâtre du RIVAGE

 

Dès lors que la création, interrompue dans son processus de travail par les évènements du covid 19, pourra reprendre les répétitions, Comme un vent de noces – forme participative et festive de proximité – vous donnera à voir un groupe de 8 acteurs qui, à vue, feront d’un banquet de noces un exercice de rassemblement fédérateur, y incarnant une galerie de personnages invités :

 

Ceux-là, bien que récemment frappés du même réel viral que le vôtre, savent que la notion d’être ensemble est depuis toujours un enjeu instable et sans cesse à (re)jouer. Ils sont des gens du quotidien qui tiennent en équilibre bancal dans leurs vies ordinaires, avec leurs qualités et leurs défauts, probablement déboussolées depuis toujours, dans des croyances aussi fragiles et volatiles que difficiles à mouvoir, avec leurs solitudes, leurs élans solidaires etc. La fête est toutefois joyeuse et l’assemblée, touchante. Celle-ci vous invite à la rejoindre, vous qui êtes réels. Elle vous invite à participer à la soirée de noces, sur la piste de bal. Vous la sentirez en mouvement, en chemin, comme on gagne une autre rive, surement jusque-là soulagée d’être en vie parmi les soulagés d’être en vie, groupée dans l’effort ou le désir d’une allégresse. 

 

Au centre, un homme, sorte de Bacchus moderne, éprouve les paradoxes de l’exercice, défie les noces, provoque la question de l’endroit de l’homme. Il fait vrac et désordre, apothéose le mariage du ciel et des enfers, en appelle à une santé autre, à la réconciliation d’avec soi et à celle de nos vies intérieures. Dans notre première version  avant Covid une tempête devait souffler. Rien de prémonitoire. Dans la deuxième version, il se pourrait qu’elle revienne : Avec un vent comme une métamorphose du monde.

 

A tout le temps nécessaire pour se figurer de nouveau le monde et la Terre, pour reconstruire nos comportements collectifs, (re)découvrir notre autonomie et notre interdépendance sociale, notre travail interroge, à l’échelle d’un petit groupe de gens ordinaires secoués par l’animal qui dort en eux, si du bord le plus secret de la tristesse peut venir la joie.

 « Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. »  

                                                                                                                     Albert Camus

 

*Apostille : Comme un vent de noces, création de forme participative et festive qui interroge les équilibres d’un vivre-ensemble, percute aujourd’hui le monde physique où l’humanité, dépourvue et à l’action, est à l’épreuve d’un réel méconnaissable et fait face à l’entier vivre-ensemble dans un flot de questionnements inouïs. Au cours du processus de travail, nous veillerons avec attention et sérieux à ce que la forme participative ne soit pas une contrariété anxiogène malvenue, mais  vienne saisir le kairos qui nous permette de nous réunir dans un présentiel plus serein, avec l’espoir de contribuer avec vous au ré-enchantement du monde.

ut mi, velit, et, leo. Donec leo Praesent