f s r
_

Petit navire

de Normand Chaurette

Création jeune public 2003 – Mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe – Avec : Delphine Bastard, Emma Trarieux (en alternance avec Hélène Darriot), Marlène Bouniort, Bruno Marchand – Masques et  accessoires Annie Onchalo – Scénographie Pascale Daniel-lacombe et Xabi Elicagaray – Création musicale : Pascal Gaigne – Création lumière : Bruno Paris – Technique son : Nicolas  Duperoir

Coproduction : Théâtre du Rivage (64) – Scène Nationale de Bayonne et du Sud Aquitain (64) – Le centre Culturel « Les Colonnes » de Blanquefort (33) – La FALEP des Landes (40) -  Scène de Pays « GaraziKus »(64) Espace Michel Simon de Noisy  le Grand (93)

Deux enfants, frère et sœur, pris en charge par deux adultes, vont faire front, peu à peu, à la mort  prochaine de leur mère. Cette jeune mère mourante a supplié Monsieur Wreck, 77 ans et demi, (qui  a beaucoup patienté pour avoir cet âge ) et Marie-Laure, la buandière (indispensable gérante du quotidien), de s’occuper de ses enfants, Petit Navire et Roxane, et de les tenir le plus longtemps possible à l’écart de sa souffrance. Tous les quatre font front au chaos mal mesuré et plein de questions que provoque « l’absence ». Ils forment alors un équipage et embarquent  pour un « voyage » au cœur de leur « vie ». Sur le parcours, il faudra expliquer combien il y a d’éternités, sauver un mouton de la vivisection, le sacrifier quand même, faire de la politique pour changer le monde, apprendre à se laver les mains et ne pas rentrer avec des semelles crottées, accepter de ne pas faire de sapin de noël en juillet, apprendre à ne pas renoncer à l’école, acheter du lait pour le mouton, déraciner un arbre pour y découvrir le secret de la chlorophylle, éponger le sol rempli d’eau, comprendre sa naissance, connaître les exigences d’un moine tibétain, apprendre la politesse, chasser l’arrogance,  récurer la saleté… Mais, pourquoi maman nous quitte sans dire quand elle reviendra ?… Alors, il faudra mentir…Comme acte d’espoir….Tous apprennent avec courage à apprivoiser la cruelle absence et se mettent au diapason du deuil inéluctable, faisant bravement face à l’immensité et à l’éternité… « Ces vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent pour partir ». C’est un voyage simple, tendre et souvent drôle dans le quotidien de Petit navire et Roxane, deux enfants plus tout à fait comme les autres.… La mère « qui n’est pas en santé » cessera de s’acharner et se résignera sans colère envers le destin. Peu  importe le temps qu’il faudra pour que ses enfants la rejoignent, quand à leur tour ils seront conviés au voyage, elle les attendra avec amour et sérénité dans l’éternité.