f s r
_

Batekmila

Adaptation légendes basques Annette Vautrot

Création 2005 – Mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe

Avec : Arantxa Ezkerra,  Belen Cruz,  Dorleta Urretabizkaia,  Amagoia Martinez ( en alternance avec Delphine Bastard), Josean Bengoetxea, Javier Barandiaran, Xabi San Sebastian,  Inacio Tolosa, Baptiste Elicagaray – Scénographie : Pascale Daniel-Lacombe , Lucia hererro, Xabi Elicagaray – Création lumière : Richard Fano – Création Musicale : Pascal Sangla – Technique : Frank Girodo – Bruno Paris (lumières) – Olivier Cavalie (Son)

Coproductions: Théâtre du Rivage (64) – Institut Culturel Basque (64) – Conservatoire national de Région Bayonne Côte Basque (64) – Ballets Biarritz (64) – Scène Nationale de Bayonne et  du Sud Aquitain (64) –

Projet initié dans le cadre de la convention spécifique Pays Basque – Spectacle  tout public bilingue (basque et français ou basque et Espagnol) – Contes et légendes basques de Jean-François Cerquand. En début d’année 2005, l’Institut Culturel Basque  fait appel à la compagnie du Théâtre du Rivage pour imaginer la création d’un spectacle bilingue (Français/ Basque ou Basque/Espagnol) autour des contes et des légendes du Pays Basque afin de véhiculer la langue basque vers les non bascophones. « Batekmila », mot  qui se traduit littéralement par « un parmi mille », « un -dans/ et-  pluriel », « un dans l’universel ». L’envie de croiser le basque à d’autres langues dans une même contemporanéité dirige une thématique de travail liée au « croisement ». Cela laisse très naturellement naître le souhait de mélanger les disciplines. Ici: danse, chant, théâtre. Les Ballets Biarritz (Thierry Malandain et le danseur chorégraphe Gaël Domenger) le CNR de Bayonne(Le compositeur Laurent Martin,le chanteur Bénat Achiary) et la Scène Nationale de Bayonne et du Sud Aquitain (Théâtre du Rivage et l’équipe technique du théâtre de Bayonne) s’associent et lancent  l’idée de la « Zinta dantza » : Une danse populaire du Guipuzkoa, où des villageoises dansent autour d’un mat qu’elles encerclent pour y  croiser de longs rubans qui s’entrelacent aux couleurs de leurs pays. Un chanteur – improvisateur, un danseur et neuf comédiens déroulent le spectacle en 5 tableaux de différentes atmosphères où se racontent et s’entrelacent  en un florilège poétique et burlesque des histoires de villageois, de rois, de laminas, de Basajaun (Seigneur de la forêt) et d’ Erensuge (dragon). Quatre femmes et cinq hommes portent et croisent avec grande énergie les contes de différents univers qui s’entremêlent aux mélopées et aux danses. Les tableaux se modulent sur un sol-décor mobile découpé aux contours du Pays Basque actuel, lui-même divisible en plusieurs parties (ou provinces): Un pays, un espace qui se fait et se raconte par la main et la volonté de l’homme qui l’habite. On y rencontre sur scène, en passages éphémères, une tradition rurale revisitée, un peu désacralisée, voire culottée… !  Qui porte avec générosité et vitalité des personnages d’aujourd’hui ou d’hier, tous hauts en couleur, des vivants entre fêtes et chants, sagesse et folie ordinaire. Citoyens du monde, ils luttent contre l’adversité, conjurent les monstres à plusieurs têtes,  jonglent entre sérieux et naïveté par la force du sourire et de l’humour. Papaïta : « Quelle est la chose la plus leste du monde et que rien ne peut arrêter ? – L’esprit »