f s r
_

Sylvain Levey

L’auteur

«  L’écrivain est un animal dixit Deleuze. Je suis un animal. Est-ce que les saumons réfléchissent trente-six heures avant de savoir quel fleuve ils vont remonter ? Est-ce que les oiseaux migrateurs réfléchissent trente-six heures avant de prendre leur envol vers l’ailleurs ? Non et non ! Ils agissent à l’instinct. Il m’a fallu un peu moins de trente-six secondes pour accepter cette aventure, ce voyage avec le théâtre du Rivage. C’est l’instinct qui veut ça. Dans cette société anxiogène partout et tout le temps il est bon de faire confiance aux pulsations. Alors c’est parti pour le voyage et faisons confiance à nos intuitions d’animaux des planches et d’amoureux de la vie ». Auteur -  entré au catalogue de Théâtrales en 2004. Il aime souffler le chaud et le froid, manier un constat révolté et une tendresse sur le monde. Même mouvement de balancier entre des formes dialoguées à l’écriture orale et rythmée et des instantanés bruts et serrés pour dire toute la complexité de vivre dans une société hostile ».

Né le 2 décembre 1973, il est comédien et auteur. En tant que comédien, il travaille principalement avec les cies Felmur (Gweltaz Chauviré) et Zusvex (Marie Bout). Ses premiers textes, parus en 2004 et 2005 , sont écrits pour le théâtre jeune public : « Par les temps qui courent » (dans la scène aux ados vol. 1, Lansman éditeur) et « Ouasmock ? » (Collection Théâtrales jeunesse). Ce dernier a été sélectionné au grand prix de littérature dramatique (2005), lauréat du Prix de la pièce de théâtre jeune public de l’académie du Var (mai 2005) et a plusieurs fois été mis en espace ou en voix : à la foire St Germain, à Paris (juin 2004), à l’espace 600 de Grenoble (novembre 2004) ; au théâtre Athénor de Saint Nazaire (mars 2005) Sylvain Levey est entré dans la collection Répertoire contemporain des éditions Théâtrales avec la publication de son recueil de pièces, « enfants de la middle class ». « Ô ciel la procréation est plus aisée que l’éducation » qui en fait partie, a été lue par Catherine Hiegel et diffusée sur France Culture et créée en 2006 à Rennes puis en tournée avec la compagnie de marie Bout. Sylvain Levey a aussi été auteur associé au festival 20 scènes (2005) et au théâtre Gérard Philippe de Saint Denis ou il a écrit avec Philippe Malone, lancelot Hamelin et Michel Simonot « L’extraordinaire tranquillité des choses » (2006). En résidence à l’ADEC 35 (de janvier à juin 2006) et à la suite d’une commande de CDN de valence, il a écrit « Pour rire et pour passer le temps » mis en scène par olivier Maurin dans le cadre du festival Cartel en mai 2006. Il a collaboré avec l’équipe pédagogique de l’institut international de la marionnette de Charleville-Mézières, la compagnie Ariadne et la compagnie Orphéon.

Biographie

Par les temps qui courent (ed. Lansman)
Ouasmock ? (ed. Théâtrales)
Enfants de la middle class (ed. Théâtrales)
Ô ciel la procréation est plus aisée que l’éducation (ed. Théâtrales)
Juliette (Suite et fin trop précoce) (ed. Théâtrales)
Journal de la middle class occidentale (ed. Théâtrales)
L’extraordinaire tranquillité des choses (ed. espace 34)
Les 120 voyages du fou (ed. Théâtrales)
Pour rire et passer le temps (ed.théâtrales)
Petites pauses poétiques (ed. Théâtrales)
Dis-moi que tu m’aimes (ed. Théâtrales)
Alice pour le moment (ed. Théâtrales)
Comme des mouches. Pièces politiques : (ed. Théâtrales)
Lys Martagon (ed. théâtrales)
Rhapsodies
Chimères, la valse des écorchés
Aimer c’est résister-  (ed. Edicoo)
Au pays des – ( ed.théâtrales)
Avec un grand F – ( ed.théâtrales)
Cent culottes et sans papiers ( ed.théâtrales)
Costa le Rouge – (Édi. Théâtrales)
Don Quichotte – Adaptation

Lettre de Sylvain Levey

« Voici maintenant quelques mois que je fais connaissance avec l’équipe du théâtre du Rivage. Tout d’abord par des discussions, des échanges puis dernièrement sur le plateau avec les acteurs. Deux heures trente de voyage dans mes textes par une dizaine d’acteurs qui ont confirmé mon désir de participer à cette aventure artistique avec le théâtre du Rivage. Pourquoi ? Parce que Pascale a su s’entourer d’acteurs que je trouve, après ce temps de travail en commun, généreux et pertinents, tous ou presque issus de l’ENSATT, je vois des comédiens qui ont déjà digéré l’enseignement et suivent une ligne, une ligne qui a croisé celle de Pascale tant mieux pour mes textes. Je vois des comédiens et une metteure en scène-scénographe et un administrateur qui questionnent le sens des choses sans sombrer dans la caricature intellectuelle, qui font du théâtre un espace de la parole urgente et nécessaire en ce moment, qui maîtrisent, jouent avec les codes du théâtre et font que le théâtre est vivant sans être démagogique, est populaire sans être populiste, est exigeant sans être élitiste. Je suis aussi, d’un point de vue de l’engagement, très impressionné par la volonté de cette équipe et de ses deux directeurs, Pascale et Antonin, de questionner sans cesse les fondements, les pourquoi et comment de leur compagnie, de leur travail et la manière dont ils pensent leur structure me plaît. Je sens chez eux une pensée continuellement en action et non une pensée figée dans des certitudes sans pour autant que ces questionnements soient synonymes de doutes qui rendrait le travail impossible. Je trouve aussi la manière dont m’est proposée cette aventure intéressante car ouverte à l’inconnu et donc aux champs des possibles. Voici donc pourquoi j’ai choisi de participer à cette aventure artistique et humaine. » Sylvain Levey

 

Sylvain Levey